GLACES  

" Va jusqu'au bout de ta curiosité ! "

Le ton est donné ! Ne pas s’arrêter en chemin. Se renouveler, se réinventer sans cesse — ainsi est Jacques Genin. Mais en cultivant le tempérament, non l’originalité. Purement et simplement.

« Je ne veux jamais me lasser », dit notre chocolatier.

Voilà pourquoi, aux côtés des chocolats et des confiseries, le 133 rue de Turenne va déployer un nouvel univers : les Plaisirs en séries.

Pour lancer le rythme enjoué des Plaisirs, qui évolueront au gré des envies et des saisons, place aux glaces ! Elles ouvriront le bal.

Jacques Genin a toujours aimé ce plaisir portatif du cornet, qu’on peut promener du bout des doigts, le temps de quelques pas à soi.




Ce cornet, loin d’en faire un figurant, Jacques Genin lui accordera la même importance qu’aux sorbets et aux crèmes glacées. Il le veut gourmand, irrésistiblement croustillant.


« Les cornets déclineront des craquants variés, ils s’enrichiront de toute une exploration pour nourrir un dialogue avec les saveurs, comme une conversation amoureuse… Je ne veux pas sortir de l’histoire de la pâtisserie : elle sera mon marchepied. Au mot créativité, je préfère celui d’inspiration. Pour son intensité, et sa sincérité », dit-il avec l’enthousiasme qui le signe.

Et d’ajouter : « Tout se mangera, même les petites cuillères seront en chocolat ! »

Quant aux parfums, ils naîtront de l’instant. Chaque glace sera turbinée minute pour que les arômes restent d’une fidélité parfaite au produit : « En bouche, je veux vous faire redécouvrir la profondeur d’un parfum. »

Au 133, les glaces naîtront sous les yeux des gourmands.

Grâce de la métamorphose… Les glaces ont cette magie de surgir et de colorer l’instant.
On retrouvera bien sûr les classiques : pistache, chocolat, vanille de Tahiti ou café d’Éthiopie mais encore des signatures. Jacques Genin veut travailler la malice du poivre du Sichuan, provoquer la rencontre du pamplemousse et d’une baie de genièvre, ou des crêpes dentelles et de la fève Tonka. Être libre, oser, ne s’interdire aucun ingrédient.

Une barbe à papa apparaîtra peut-être… À moins qu’une pomme d’amour ne vienne rejoindre un jour la fête, pour que nos souvenirs d’enfant restent vibrants.
Avec Plaisirs en séries, le mot d’ordre est lancé : « Le désir avant tout ! »

Succombez !